Le collège

Le collège Alain-Fournier aujourd’hui

Situé au cœur du XIe arrondissement, entre Bastille et le Père Lachaise, le collège Alain-Fournier scolarise à la rentrée 2013 presque 600 élèves. La diversité de sa population scolaire est le reflet de la mixité de la population de son quartier.

Les catégories socio-professionnelles (CSP) auxquelles appartiennent les familles se répartissent en un tiers de CSP favorisées, un tiers de CSP moyennes et un tiers de CSP dites défavorisées.

Nos élèves sont répartis, de la 6° à la troisième, en 23 divisions qui comptent de 22 à 28 élèves. Nous constituons ces classes en respectant dans chacune autant d’hétérogénéité que possible, afin que l’émulation y soit stimulante et la diversité source d’intégration. Les méthodes pédagogiques font en sorte que le traitement de cette hétérogénéité permette la progression de chacun.

Nous avons à cœur de mener une politique de projets dynamique pour diversifier les approches pédagogiques, motiver le goût des apprentissages par une ouverture culturelle, internationale et sur le monde du sport : partenariat avec l’Opéra Bastille, résidence de l’orchestre de Paris, classe à projet « Sportif et Citoyen », etc.

Nous tenons à créer une ambiance sereine de travail et de vie au collège pour les élèves et les personnels par des projets destinés à améliorer les relations quotidiennes et éduquer les enfants qui nous sont confiés au « Bien Vivre Ensemble » : c’est le titre d’une action de sensibilisation au respect de l’autre, menée depuis la rentrée 2013, par le biais du « théâtre réactif de prévention », qui permet aux élèves d’ appréhender de manière distancée par le jeu théâtral les enjeux des interactions relationnelles.

Nous offrons aux élèves les plus en difficulté scolaire ou comportementale de progresser au travers du « Dispositif de Socialisation et d’Apprentissage » en acquérant une meilleure image d’eux-mêmes et en se projetant dans un projet d’études et professionnel plus construit.

Les résultats obtenus au Brevet des collèges ont progressé, passant de 68% à la session 2011 à 80% aux sessions 2012 et 2013, puis 78% à la session 2014 dont 60% avec mention. En juin 2014, 64% de nos élèves de troisième ont intégré un Lycée d’Enseignement général, et 36% un Lycée d’Enseignement Professionnel.

L’ Équipe de Direction, les CPE, les Professeurs Principaux et les professionnels du collège (Médecin Scolaire, infirmière, assistante Sociale, Conseillère d’ Orientation Psychologue) sont à votre écoute pour toute demande ou information.

Les représentants des parents d’élèves sont de précieux relais pour la coopération indispensable à toute action pédagogique et éducative.

Notre objectif est de placer les élèves qui nous sont confiés dans les meilleures conditions de réussite!

Madame la Principale

Contexte urbain et population de l’arrondissement

entreeClg

Le XIe arrondissement est partagé en 4 secteurs du nord au sud, le collège est situé dans la partie est du quartier dit ‘Roquette’, entre la place Voltaire et l’entrée principale du cimetière du Père Lachaise.
Historique du tissu urbain : Arrondissement discret, moins touristique que d’autres, le 11e a joué un rôle exceptionnel dans l’histoire de Paris et de la France, il fut au cœur du Paris révolutionnaire et des grandes révoltes ouvrières du XIXe siècle.

Du XIIIe au XVe siècle, les faubourgs de l’Est de Paris, situés hors de l’enceinte de la ville, ont gardé un caractère rural, autour de bourgs (Saint Antoine, Faubourg du Temple…) dont on retrouve les traces aujourd’hui dans le découpage de l’arrondissement en quartiers. De même, les noms des chemins de communication entre ces bourgs se retrouvent dans les noms des rues actuelles (Rue St Maur, Rue de Charonne…). Les bourgeois de Paris ont construit au milieu des jardins et des vergers leurs maisons de campagne, les folies (Folie Méricourt, Folie Regnault…). A la fin du XVe siècle, Louis XI accorde aux artisans le privilège de s’installer hors les murs dans ces faubourgs. C’est là l’origine du développement des ateliers (bois, petite métallurgie, textiles…) qui marquent encore de nos jours l’urbanisme et la structure immobilière du quartier, de ses impasses, cours et passages.
L’industrialisation de la fin du XIXe siècle verra la densification de ces activités et de l’habitat, densité percée par le Préfet Haussmann des grandes avenues qui partagent ou limitent encore l’arrondissement aujourd’hui : Avenue de la République, Boulevard Voltaire, Boulevard Richard Lenoir, etc.
Malgré les dégâts de l’urbanisme des années 70 et80, |ebâti traditionnel a été en grande partie préservé.

Caractéristiques de la population : Elle varie autour de 150 000 habitants depuis 1982. C’est par ailleurs l’arrondissement le plus peuplé de Paris depuis 1968 ; la densité de population est de 406 habitants par hectare contre 244 en moyenne à Paris, chiffre qui s’explique par la fréquence des logements de petite taille.
Le taux de chômage est de 14% contre 12% en moyenne à Paris.

On remarque :
-la part importante des jeunes adultes (20-39 ans) dans la population : 41% contre 36% dans Paris.
-la prédominance en % des employés et professions intermédiaires : 47%, pour 20% d’ouvriers et 32% de professions dites ‘supérieures’.
(Source : site de la Mairie du XIe)

 

Contexte architectural

collège alain fournier
1865 : Construction d’un groupe scolaire du type ‘Ecole de Jules Ferry’ sur l’emplacement de l’ancien cimetière du Couvent de la Roquette, à l’initiative de Madame Ledru-Rollin

1969 : Ce groupe scolaire est partagé entre un CES municipal (entrée rue Léon Frot) et une Ecole Maternelle (entrée rue de la Roquette)

1974 : Ce CES est nationalisé

1986 : Acquisition du statut d’EPLE, extension des locaux par la construction d’un nouvel immeuble sur la rue Léon Frot. Rénovation du bâtiment ancien.